Étiquette : pim

Quelle est la différence entre ECM, PIM, DAM et GED ?

What’s the Difference between ECM, PIM, DAM and DMS?

Enterprise Content Management (ECM)

Une solution ECM, aussi appelée Gestion de Contenu d’Entreprise, aide les organisations à stocker, gérer et distribuer des documents critiques non structurés, tels que les factures et les relevés de compte.

Use case ECM

  • Fabricant d’hélicoptères

Un des plus grands fabricants d’hélicoptères avait besoin de consolider et de formater des documents volumineux et de générer facilement son carnet de maintenance de plus de 800 pages. Les données étant stockées dans près de 400 instances et systèmes différents, l’enregistrement et la compilation des informations dans un seul document semblaient impossibles jusqu’à ce qu’ils utilisent une solution ECM.

  • Opérateur téléphonique

Un opérateur téléphonique voulait améliorer son expérience client surtout en ce qui concerne les factures mensuelles. Elle a utilisé une solution ECM pour consolider et mettre en forme des informations telles que l’utilisation (SMS et appels téléphoniques), le profil (données personnelles), le marketing (points de fidélité) et les informations juridiques. Grâce à l’ECM, la compagnie de téléphone a pu personnaliser toutes les informations envoyées mensuellement à ses clients.

 

Gestion des données produit (PIM) et Gestion des Ressources Multimedia (DAM)

Une solution PIM, Product Information Management en anglais, permet aux organisations de centraliser, gérer et distribuer efficacement toutes les informations relatives aux produits sur tous les canaux de distribution et de communication.

Les entreprises disposent généralement de volumes de données techniques et commerciales sur les produits dans des formats différents et stockés à de multiples endroits. Grâce à la capacité de modélisation des données du PIM, toutes les données sur les produits peuvent être normalisées, organisées et catégorisées. Les données produit peuvent ensuite être consolidées dans un seul dépôt , ce qui permet la distribution de données précises sur les produits à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation.

Use case PIM/DAM

  • L’industrie alimentaire

L’industrie alimentaire, très réglementée, a des exigences complexes en matière d’information sur les produits. Par exemple, les marques sont tenues de déclarer la chimie, la composition et les ingrédients de l’article. Elles doivent également être mises à la disposition des marchés internationaux et locaux. Grâce à la capacité de modélisation des données dans le PIM, les marques peuvent créer des classifications et des catégories, tout en garantissant l’exactitude et la pertinence des informations produit. Si elles sont présentes dans plusieurs pays, les marques peuvent automatiquement traduire et localiser le contenu pour répondre aux attentes des clients.

Une solution DAM, en revanche, permet aux marques de centraliser le stockage et la gestion des ressources numériques telles que les images, vidéos, etc. Cela permet aux équipes de création/marketing de rechercher, d’enrichir et de distribuer les ressources numériques en toute sécurité.

La plateforme centrale permet d’améliorer les processus et d’accélérer la collaboration créative sur les campagnes publicitaires et autres activités de marketing.

Le PIM et le DAM sont des solutions complémentaires. Toutes les informations sur les produits que les marques gèrent et enrichissent dans le PIM peuvent être facilement associées au contenu du DAM.

 

Gestion électronique des documents (GED)

La GED permet aux organisations de stocker, de gérer et de suivre les documents et images électroniques. C’est une solution qui accélère la numérisation des documents, mettant ainsi fin à des processus archaïques et garantissant la conformité juridique. C’est une solution pertinente en Europe, car les gouvernements exigent des agence de conseil d’envoyer des documents juridiques et sensibles (par exemple, contrats, fiches de paie, etc.) via une solution GED pour des raisons de sécurité.  La gestion électronique des documents est souvent associée à des signatures ou des certifications électroniques.

Use case GED

  • Sécurité numérique

Aujourd’hui, les courriers électroniques sont considérés comme des preuves intangibles. Cependant, les courriels peuvent être altérés ou falsifiés. La GED peut résoudre ce problème grâce à des échanges sécurisés et à la gestion des versions des documents. Quant aux fiches de paie, elles peuvent être dématérialisées et stockées électroniquement.

  • Systèmes fiscaux

Le système fiscal français permet aux entreprises de dématérialiser des documents à condition de répondre à de nombreuses contraintes telles que l’archivage dans des lieux spécifiques. La GED permet aux entreprises de numériser des documents et de résoudre les contraintes légales par la mise en conformité.

 

Là où les quatre solutions convergent

L’ECM s’occupe des données transactionnelles, le PIM et le DAM s’occupent des données produit et la GED numérise et sécurise les documents. Tous ces systèmes promeuvent des référentiels uniques, offrant la possibilité de centraliser, gérer, protéger et distribuer les données. Ils peuvent aider les organisations à accroître leur productivité, leur efficacité et la qualité des données, ce qui permet d’accélérer la mise sur le marché. Ils contribuent également à réduire les coûts et les délais, ainsi qu’à simplifier le respect des certifications et des réglementations.

Du PIM au PXM il n’y a qu’un pas

Du plus petit détail lisible jusqu’au formatage d’une image, toutes les informations produit jouent un rôle clé dans sa vente. Cependant, s’il est universellement reconnu que le contenu est l’une des pierres angulaires pour le commerce, il reste difficile d’utiliser ce dernier de manière optimale et intelligente. Le contenu produit ne répond pas toujours aux attentes pour diverses raisons comme :

    • Pas de solution pour gérer les données produit
    • Solution existante, mais pas assez performante
    • Solution existante, mais ne répond pas aux besoins

Que peuvent donc faire les entreprises pour optimiser les bénéfices de leurs données produit ? Et notamment lorsque la gestion des données implique de prendre en compte des milliers, voire des centaines de milliers de données ? La réponse inclut l’adoption de logiciels de gestion des données.

Le PIM (Product Information Management) est une solution de gestion des données qui vous permet de gérer et diffuser facilement un contenu produit riche, précis et complet à tout moment et en tout lieu.

Cependant, la simple mise en œuvre d’un PIM ne suffit pas. Les consommateurs veulent que leur expérience d’achat soit facile et sans accroc. Le produit doit exactement correspondre à ce dont ils ont besoin, et le client doit avoir accès à un contenu riche, précis et actualisé. Si leur expérience produit n’est pas optimale, ils peuvent facilement s’adresser à la concurrence.

D’où la nécessité d’offrir des expériences uniques à chacun de vos consommateurs. Vous devez à tout prix cerner votre cible puis lui faire la promotion de produits qui l’intéressent afin d’inciter à l’achat. Pour ce faire, il faut être en mesure de prévoir ce qu’ils veulent, comment ils le veulent et quand ils le veulent. Vous y parviendrez en utilisant les données que vous disposez d’ors et déjà. Ce n’est pas quelque chose qu’un PIM peut fournir seul. C’est ici que le PXM entre en jeu.

La gestion de l’expérience produit (PXM) est la gestion et la contextualisation du contenu d’un produit par le bon canal, le bon endroit et le bon besoin. La PXM permet la diffusion d’informations sur les produits (qui ont été gérées dans un PIM) qui sont contextualisées en fonction du canal, des besoins et de la localisation de vos consommateurs.

PXM dans son contexte

    • Promotions – En rationalisant et automatisant les processus internes, votre équipe marketing peut se concentrer sur la définition d’une stratégie promotionnelle efficace. Ce qui facilite et permet de stimuler les ventes tout en donnant aux consommateurs le sentiment que vous savez ce dont ils ont besoin au bon moment.
    • Recommandations et Lots – Les offres groupées ou lots permettent de faire des ventes croisées ou des ventes incitatives de produits connexes qui complètent les articles choisis par l’acheteur. Ces offres groupées peuvent être proposées sous forme de recommandations ou de compléments qui répondent au besoin du client. Grâce au PXM, les offres groupées de produits peuvent être facilement assemblées en fonction des besoins d’un événement, d’une promotion ou d’une campagne.
    • Campagnes – PXM permet d’assembler différents lots de produits via une communication externe. On peut passer par des campagnes print ou par e-mail, le but étant de délivrer un message adapté à une période spécifique de l’année.
    • Publication en omnicanal – La solution permet une optimisation de la présentation des produits sur différents canaux. En associant les informations produit à une perspective de commerce et de marketing, vous pouvez les distribuer de manière cohérente en fonction des promotions ou des améliorations que vous souhaitez communiquer à vos clients.
    • Analyse des résultats – Un  PXM intelligent est doté de fonctionnalités permettant de mesurer les performances des produits et d’examiner les résultats. Ainsi, il est plus facile pour les responsables marketing de prendre des décisions concernant des produits en fonction du contexte commercial et actuel. Vous pouvez également utiliser ces informations pour constamment améliorer l’expérience de vos clients car elles vous offrent la possibilité de réaliser des tests sur les produits que vous mettez sur le marché.

L’adoption d’une solution PXM est essentielle pour les entreprises qui veulent établir un vrai lien avec leurs clients. Il ne s’agit pas seulement d’informations riches et actualisées sur les produits, mais aussi de la manière d’offrir des expériences convaincantes.

Le neuromarketing, la nouvelle ère de l’expérience client

Le neuromarketing, la nouvelle ère de l’expérience client

Aujourd’hui, l’acte d’achat se fait essentiellement via le e-commerce. Néanmoins, ce dernier étant dépourvu de sens dont notamment l’odorat et le toucher, il est essentiel de réussir à plonger le client potentiel dans une expérience produit convaincante. Dès lors, les neurosciences font de plus en plus leur apparition dans le marketing afin d’éclairer les décisions d’achat des consommateurs.

La fin de la légendaire « loyauté » consommateur

La loyauté envers une marque n’est plus ressentie comme une obligation par le consommateur et les marques ont de plus en plus de difficultés à fidéliser ce dernier. En effet, le règne d’un produit phare en tant que différenciateur clé pour les marques prend petit à petit fin pour disparaitre complètement d’ici ces deux prochaines années. Même si les produits phares et symboliques resteront toujours importants pour les entreprises, celles-ci devront évoluer et intégrer des « expériences » afin de convaincre les consommateurs de plus en plus versatiles.

Pour réussir mais surtout pour survivre, les marques peuvent dans un premier temps se tourner vers l’innovation produit, car la fidélité à la marque peut quelques fois augmenter ou diminuer en fonction du produit. Selon l’étude Yotpo 2018, 55% des sondés sont fidèles aux marques parce qu’ils aiment le produit. A contrario, 51% des sondés déclarent perdre cette fidélité en raison de la mauvaise qualité du produit. Preuve que le développement d’un produit devrait être basé sur le développement client , autrement dit sur la bonne connaissance du public cible et de ses besoins, plutôt que de créer d’abord un produit puis de le lancer sur le marché.

Dans le e-commerce, l’expérience utilisateur (UX) se traduit en expérience produit. Il est important de s’assurer que lorsque les consommateurs recherchent un produit, ils aient accès à des informations précises, complètes et cohérentes, et que le produit en question corresponde à leurs attentes, leur personnalité et leurs intérêts. En marketing, cela signifie créer un lien émotionnel avec le public cible et susciter une réaction positive par le biais d’un contenu produit riche. C’est le premier pas vers le neuromarketing, à la croisée des chemins de la science et du marketing, cette nouvelle technique prend de plus en plus place au sein des stratégies des marques.

Quand les consommateurs vivent des expériences conçues pour eux

Le neuromarketing a fait son apparition dans les années 2000 aux Etats-Unis. Cette nouvelle science est un ensemble d’outils qui permettent d’analyser les pratiques de consommation notamment dans le webmarketing, et d’optimiser l’UX des sites marchands.

Selon Peter Noel Murray, Ph.D. : « Lorsqu’ils évaluent les marques, les consommateurs utilisent principalement leurs émotions (sentiments et expériences personnels), plutôt que l’information (attributs, caractéristiques et faits de la marque) ». Le branding et l’expérience produit sont alors primordiaux afin d’optimiser un site marchand. Les informations génériques auxquelles les consommateurs s’attendent, telles que l’image, le titre, une courte description, le prix, le bouton de paiement et éventuellement un bouton de partage sur les réseaux sociaux ne sont plus suffisantes.

Il est important pour une marque de se démarquer en utilisant de nouveaux outils et ainsi offrir aux internautes quelque chose de différent, d’exceptionnel, un récit riche et descriptif mais aussi des avantages. En d’autres termes, un contenu qui va leur permettre de stimuler un de leurs sens. La mise en valeur d’un produit avec des visuels en 3D ou la publication d’une courte vidéo sur la meilleure façon d’utiliser un produit sont d’excellents exemples.

Il est donc possible d’imaginer que des technologies émergent afin de placer certains sens absents sur le web au cœur de l’expérience client. Dans un futur proche, des pages produits pourraient alors diffuser des odeurs afin de stimuler le sens de l’odorat, jusqu’à présent absent, et ainsi placer le consommateur en immersion avancée.

Quid des solutions de gestion de l’information produit ?

C’est alors que l’aisance cognitive (ou Cognitive Ease) entre en action. Cette dernière est la capacité du cerveau à traiter une information plus ou moins facilement. D’après les travaux du psychologue Daniel Kahneman, plus l’aisance cognitive est élevée moins le cerveau fournira d’effort, il sera alors en confiance. En revanche, si l’aisance cognitive subit une activité mentale trop difficile, l’incertitude et la méfiance seront présentes. C’est pourquoi, en webmarketing, la cognitive ease permet de révéler les aspects négatifs en UX. Néanmoins, cet outil précieux est souvent négligé par les marques alors qu’il montre une véritable efficacité en matière de stratégie marketing en ligne.

La pratique du neuromarketing repose donc sur la gestion et l’organisation de l’information Produit. De ce fait, elle repose en grande partie sur les solutions PIM (Product Information Management) et DAM (Digital Asset Management). Ces dernières permettent de centraliser les information Produit, par la collecte, la gestion et la diffusion de celles-ci. Le processus d’intégration, de validation, de gestion et de publication des données produits est alors automatisé afin d’obtenir une source unique d’information. Les marques peuvent partager des informations complètes, cohérentes et précises sur leurs produits à travers tous les canaux de vente et ainsi, influencer l’acte d’achat en ligne. L’expérience produit est alors simple et convaincante grâce à la qualité des données et les actifs numériques générés par le PIM et le DAM. Ces derniers permettent également de créer des expériences clients ciblées et adaptées à chaque consommateur.

Même si elles restent encore sous estimées en France, les solutions PIM et DAM sont devenus l’un des principaux piliers économiques de grands retailers dans le monde, qui les intègrent dans leur stratégie marketing afin d’optimiser l’expérience produit et la rendre plus immersive.

10 raisons d’utiliser un PIM pour votre entreprise

People Running Up Mountains

10 raisons d’utiliser un PIM pour votre entreprise

Alors que le E-commerce continue de bouleverser le business model des marques et des retailers, les solutions de Gestion de l’Information Produit (PIM), arrivées sur le marché au début des années 2000, répondent à une problématique précise : l’optimisation des données produit. Ce n’est que récemment en France que les entreprises ont compris l’utilité du PIM afin d’en finir avec les tableaux Excel comme bases de données produit. Ceux-ci conduisent très régulièrement à des résultats médiocres, voire même catastrophiques. En effet, une approche manuelle entraîne généralement des erreurs et une inefficacité opérationnelle, ce qui finit par entraîner des coûts plus élevés, un time-to-market long, une perte de revenus et, pire encore, une insatisfaction des clients.

Le PIM aide les marques à collecter, centraliser, enrichir et distribuer les informations produit sur plusieurs canaux de vente dans le but de fournir des expériences produits attrayantes et personnalisées aux consommateurs. Contentserv partage cette infographie qui rappelle les 10 raisons d’utiliser le PIM notamment en matière d’expérience utilisateur.

10 Raisons d'utiliser un PIM Pour Votre Entreprise

PIM + DAM : le combo parfait pour le succès de votre marque

PIM + DAM : le combo parfait pour le succès de votre marque

À l’ère où la loyauté n’est plus vraiment ce qu’elle était, vers qui votre marque peut-elle se tourner non seulement pour survivre, mais aussi pour réussir ? Selon l’étude Yotpo 2018, vous pouvez toujours compter sur l’innovation produit, car la fidélité à la marque peut tout aussi bien augmenter ou diminuer en fonction du produit.

  • 55% des sondés sont fidèles aux marques parce qu’ils aiment le produit
  • 51% des sondés déclarent perdre cette fidélité en raison de la mauvaise qualité du produit

Cependant, le règne d’un produit en tant que différenciateur clé pour les marques prendra fin en 2020 – pour être remplacé par l’expérience client. Les produits ne cesseront pas du jour au lendemain d’être une priorité absolue pour les entreprises, mais celles-ci devront évoluer et intégrer des « expériences » pour convaincre les consommateurs.

Le développement d’un produit devrait, par exemple, être basé sur le développement client ou sur la bonne connaissance du public cible et de ses besoins, plutôt que de créer d’abord un produit puis de le lancer sur le marché – sans obtenir de résultats.

Dans le e-commerce, l’expérience client se traduit en expérience produit. Il est important de s’assurer que lorsque les consommateurs découvrent votre produit en faisant des recherches, ils voient des informations précises, complètes et cohérentes, se voient offrir une vraie valeur ajoutée, comme des récompenses de fidélité, une livraison gratuite et rapide, des ventes croisées, et ainsi de suite, et voient des produits dont la description correspond à leur personne ou intérêts.

Pour le marketing et le branding, cela signifie avoir un lien émotionnel avec votre public cible et susciter délibérément une réponse positive par le biais d’un contenu produit riche.

Quand les consommateurs vive des expériences conçues pour eux

Partout où les consommateurs rencontrent votre produit (p. ex. site Web, médias sociaux, marchés, etc.), assurez-vous de laisser au moins une bonne impression, car, comme le dit Carl W. Buehner, « ils peuvent oublier ce que vous avez dit – mais ils n’oublieront jamais leur ressenti ».

Il y a tellement de vérité dans cette citation ; elle est même appuyée par la science. Selon Peter Noel Murray, Ph.D. :

  • « Lorsqu’ils évaluent les marques, les consommateurs utilisent principalement leurs émotions (sentiments et expériences personnels), plutôt que l’information (attributs, caractéristiques et faits de la marque).
  • « Les études montrent que les émotions positives envers une marque ont une bien plus grande influence sur la fidélité du consommateur que la confiance et les autres jugements, qui sont basés sur les attributs d’une marque. »

Alors, comment fonctionne le branding et l’expérience produit sur votre page produit ?

En voici un exemple :

Une page produit type contient des informations génériques auxquelles les consommateurs s’attendent, telles que l’image, le titre, une courte description, le prix, le bouton de paiement et éventuellement un bouton de partage sur les réseaux sociaux.

Si vous voulez vous démarquer, vous devez offrir aux visiteurs de votre site quelque chose de différent et d’exceptionnel – un récit riche et descriptif, des avantages clé ou l’origine des matériaux/ingrédients. Vous pouvez même montrer une courte vidéo sur la meilleure façon de l’utiliser. Aujourd’hui certaines entreprises commercialisent leurs produits auprès d’influenceurs ou de célébrités.

Quelle que soit votre stratégie créative, la question est : « Avez-vous les outils pour mettre en œuvre des idées aussi audacieuses sur votre page produit ? »

Pourquoi les marques ont besoin à la fois de PIM et de DAM

Une solution de gestion de l’information produit (PIM) permet aux marques d’automatiser le processus d’intégration, de validation, de gestion et de publication des données produits pour obtenir une source unique de vérité. Bref, les marques peuvent partager des informations complètes, cohérentes et précises sur leurs produits à travers tous les canaux de vente et avec leur réseau de distribution ou leurs partenaires détaillants.

Qu’en est-il des actifs numériques ? Quelle est leur importance pour l’image de marque ? Les études le disent :

  • 65 % de l’information sera retenue si elle est associée à une image pertinente.
  • 94% de visites en plus sont enregistrées pour les contenus avec de superbes images

Mais l’argument décisif est, selon les données attribuées à la National Retail Federation (NRF) :

  • 67% des consommateurs admettent que la qualité de l’image du produit influence davantage leur décision d’achat :
  • Informations spécifiques au produit (63%)
  • Descriptions longues (54 %)
  • Notations et évaluations (53%)

Ainsi, si vous avez de plus en plus besoin de gérer de gros volumes de ressources numériques, tout comme un PIM, une solution de Digital Asset Management (DAM) devient un outil essentiel pour votre marque.

Un DAM servira de référentiel central pour tous vos fichiers image, audio et vidéo, ainsi que pour les documents et autres matériels utilisés par les ventes et le marketing. Les objectifs sont avant tout de permettre :

  • Le téléchargement et la gestion des produits en toute transparence
  • Le suivi de l’utilisation d’un produit et de l’endroit où il est utilisé
  • L’Élimination de l’espace de stockage nécessaire pour les ressources dupliquées utilisées sur différents canaux.
  • L’association des produits et média pour une vue à 360° de vos produits.

Une combinaison PIM+DAM est à la base d’une expérience produit phénoménale. À l’ère des bouleversements, elle donne aux marques l’agilité nécessaire pour créer des expériences de produits révolutionnaires auxquelles les consommateurs s’attendent.

Êtes-vous prêt à faire passer votre marque au niveau supérieur ?

5 conseils pratiques pour améliorer la qualité de vos données

People looking at mountains

5 conseils pratiques pour améliorer la qualité de vos données

La qualité des données, généralement mesurée en termes d’exactitude, de cohérence, d’exhaustivité et de pertinence, décrit à quel point vos données permettent d’atteindre des objectifs bien définis. En d’autres termes, les entreprises savent qu’elles disposent de données de qualité lorsqu’elles sont en mesure de les utiliser efficacement pour prendre des décisions stratégiques clés. Les données sont considérées comme « mauvaises » ou de « mauvaise qualité » lorsqu’elles sont inexactes, ce qui, malheureusement, est plus la norme que l’exception dans de nombreux secteurs.

Les statistiques sur la gestion des données révèlent que :

  • 33 % des entreprises pensent qu’elles ont des données de mauvaise qualité,
  • 49% désignent l’erreur humaine comme la principale cause d’inexactitude des données
  • 89% des cadres supérieurs admettent que des données de mauvaise qualité les empêchent de fournir une bonne expérience client

Aux États-Unis, les données erronées coûtent plus de 3.100 milliards de dollars par an, alors que la perte annuelle moyenne des entreprises est de 15 millions de dollars.

Si vous subissez également des pertes dues à de mauvaises données, voici 5 conseils qui ont fait leurs preuves :

Simplifiez votre approche

Examinez d’abord comment les données sont recueillies, traitées, stockées, consommées et distribuées pour arriver à une approche simplifiée. Vous pouvez choisir de travailler avec vos solutions existantes, d’en acquérir de nouvelles ou de créer une solution hybride. L’idée est d’en trouver une qui vous donne suffisamment de visibilité sur vos données, vous assure un bon niveau de qualité ainsi que des processus d’enrichissement optimisés.

Éliminer les silos de données

L’existence de silos de données nombreux et séparés décourage la collaboration entre les intervenants internes et externes. Cela peut être résolu en disposant d’un référentiel central de données (PIM) où les utilisateurs et les flux de travail sont définis et où les processus et les progrès sont visibles. Cela garantit que vous travaillez avec une « Source unique de vérité » et non avec plusieurs ensembles de données identiques.

Automatiser l’intégration des données

Le fait d’avoir des quantités de données dans des silos peut mener à l’inexactitude du contenu publié. Ceci peut rapidement entraîner une mauvaise expérience client et de nombreux retours produit. Pour combler le fossé entre ces silos, les entreprises doivent intégrer automatiquement et rapidement les informations produit provenant des systèmes existants, des pools de données, des fournisseurs, des agrégateurs de contenu tiers et d’autres sources. Ceci élimine les erreurs causées par la saisie manuelle.

Appliquer des contrôles de qualité sur chaque produit

Les contrôles de qualité manuels ne sont pas efficaces pour de grands volumes de données. Vous devez établir des règles de nettoyage, de normalisation, de classification et de catégorisation des données pour transformer vos données afin qu’elles soient complètes, cohérentes et à jour.

Utiliser un système de contrôle de version

Enfin, suivez et gérez toutes les versions d’un ensemble de données afin de créer une piste d’audit transparente pour une traçabilité totale. Ainsi, vous pouvez vous débarrasser des redondances et des doublons afin de garantir à tout moment des informations actualisées et conformes à l’audit.

3 conseils pratiques pour réduire vos coûts de traduction

3 conseils pratiques pour réduire vos coûts de traduction

Plus d’un quart de la population mondiale utilise l’anglais sur Internet. Néanmoins, la Chine et l’Inde sont les pays avec le plus grand nombre d’utilisateurs en ligne. Selon les projections, d’ici 2021, neuf nouveaux internautes indiens sur dix préféreront utiliser leur langue locale lorsqu’ils naviguent sur le Web.

Percentage Of Internet Users Worldwide

(Source: Statista, “Most common languages used on the internet as of December 2017, by share of internet users”)

Qu’en est-il de la population hispanophone, arabophone ou des 22,8 % d’internautes qui utilisent d’autres langues ? Il est devenu crucial pour les entreprises mondiales de pouvoir communiquer dans une variété de langues.

Pourquoi la traduction est-elle importante pour votre entreprise ?

Il s’agit avant tout de conquérir les consommateurs sur de nouveaux marchés. Des entreprises indiennes relèvent le défi de fournir un moyen pratique de traduire en un coup d’œil les données dans la langue maternelle de l’utilisateur. Le géant de la technologie, WhatsApp (l’application la plus utilisée en Inde aux 200 millions d’utilisateurs) supporte désormais 11 dialectes indiens.

Dans le monde arabophone, 88 % des consommateurs préfèrent acheter des produits avec une interface dans leur langue maternelle, mais moins de 1 % du contenu en ligne est en arabe. Pourquoi est-ce important ? Parce que ce marché est jeune, a un pouvoir économique et la concurrence est faible. Le géant technologique Google jouit d’une part de marché presque parfaite de 97 % et n’a pas de concurrence au Moyen-Orient.

Il y a une demande croissante pour la traduction de contenu, mais une erreur courante des entreprises est de supposer que c’est chose simple. Il y a des nuances dans chaque langue ; certains mots peuvent avoir des significations différentes dans différentes parties d’un même pays. Les pays anglophones comme les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni, par exemple, ont des façons très différentes d’utiliser la langue anglaise. Ces différences subtiles nécessitent l’intervention d’experts en traduction pour s’assurer que votre message est lu et compris clairement, peu importe où (et comment).

La traduction peut être assez coûteuse, mais il est possible d’en réduire le coût. Voici donc trois conseils pour aider votre entreprise.

Un contenu facilement traduisible

Les agences de traduction ont des normes tarifaires différentes, mais plus le matériel à traduire est facile à traduire, moins il coûte cher. De plus, de nombreuses entreprises de traduction modernes utilisent des outils de gestion de la traduction qui mémorisent les mots, les terminologies et les guides de style qui accélèrent le processus en traduisant et en localisant efficacement le contenu des produits pour plusieurs marchés, ce qui réduit les traductions répétées, inutiles et les coûts associés.

Un contenu majoritairement local

Créer des publicités de produits dans les langues locales, par exemple, plutôt que de tout traduire à partir du texte principal, vous permettrait d’économiser sur les coûts de traduction et de vous assurer que vous ne faites aucun faux pas culturel, comme le slogan « Finger-Lickin’ Good » de KFC qui se traduit par « Eat Your Fingers Off » en chinois.

Un processus de traduction centralisé

Une solution PIM (Product Information Management) peut répondre à vos besoins de traduction. Un PIM est un référentiel centralisé, où vos équipes peuvent accéder à une source unique de données, dans toutes les langues, garantissant l’exactitude, la cohérence et l’exhaustivité de vos données produits.

Compte tenu des variations linguistiques, il n’y a aucun moyen d’éliminer les coûts de traduction. Cependant, en allouant les bonnes ressources et en rationalisant les processus, vous pouvez réduire vos coûts de traduction et utiliser ces économies pour les investir dans d’autres domaines.